Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Mort et Résurrection : découvertes du lundi 4 février 2019

Mort et Résurrection : découvertes du lundi 4 février 2019


Nous avons commencé la soirée par une réflexion silencieuse sur la vie après la mort : y a-t-il quelque chose ? faut-il qu’il y ait quelque chose ? si oui, pourquoi ?

Puis, nous avons distingué la conception de l’être humain chez les auteurs grecs et dans la Bible :
1) pour les Grecs, il est composé de 2 entités : un corps lourd et mortel, et une âme, légère et immortelle. Une fois libérée du corps par la mort, elle se réincarne dans un autre corps.
2) Dans la Bible, Dieu modèle l’être humain à partir de la poussière prise du sol, et lui insuffle l’haleine de vie (Gn 2,7). C’est donc l’ensemble qui ressuscitera.

La réflexion du prophète Ezéchiel (18, 14-23) est très importante car elle peut mener à l’idée qu’il y a un paradis et un enfer pour rétablir une certaine justice.

Après la mort, le Shéol :
Les textes qui nous sont proposés, nous présentent ce séjour des morts, comme un lieu triste, sans qu’on puisse jamais en sortir (Job 7, 7-10), absence de vie, sans Dieu : Is 38, 9-19 ; Ps 88 (87).
Certes, c’est une sorte de vie, mais qui semble bien sombre. Résurrection ??

Quelques cas particuliers :
Trois personnages semblent avoir un statut spécial

D’abord, ce mystérieux Hénok : on ne nous dit pas (Gn 5, 24) qu’il mourut, mais « il disparut car Dieu l ’avait enlevé ». Quelque chose qui n’est pas la mort : donc une sorte de vie ? comme une récompense ?
On le retrouve dans le livre de Ben Siraq -un livre tardif- parmi les sages, et on en dit : « Hénok plut au Seigneur et fut transféré » (Si 44, 16) et encore plus précis : « Nul sur la terre n’a été créé pareil à Hénok, car il fut, lui, emporté de la terre » (Si 49, 14).
Plus clairement encore dans la lettre aux Hébreux : « Par la foi, Hénok fut enlevé, afin d’échapper à la mort » (Hé 11, 5).

Le second personnage qui a un statut spécial, est Elie : lui aussi, fut « enlevé » (2 R 2, 1-12) et le prophète Malachie proclame à son sujet : « Voici que je vais vous envoyer Elie, le prophète, avant que ne vienne le jour du Seigneur, jour grand et redoutable ».

Enfin, Moïse dont on dit qu’à sa mort, on l’enterra, « et personne n’a connu son tombeau jusqu’à ce jour » (Dt 34, 6).
Pourquoi cette indication ? en quoi retrouver son tombeau serait-il important ?

Nous restons sur des questions.

En nous souvenant que Moïse et Elie justement, sont les deux personnages présents lors de la transfiguration de Jésus.

Nous verrons lors des deux prochaines rencontres, le rapport de tout cela avec la résurrection.

Rendez-vous donc les Lundis 11 Mars et 13 Mai pour poursuivre la réflexion.