Vous êtes ici : Accueil » Nos Rencontres » Retour sur la soirée du 10 février 2020

Retour sur la soirée du 10 février 2020


Notre 1ère séance sur le thème de cette année
FRERES ET SOEURS DANS LA BIBLE
a été totalement consacrée au livre de la Genèse.

Pourquoi ce choix ?

Parce qu’à lui seul, il représente plus de 10 % de l’utilisation des mots « frères » et « sœurs ». A titre de comparaison, un livre comme le Deutéronome, en représente à peine 3 %, et l’Exode, encore moins. Il fallait donc voir ce que cela signifiait.

Notons d’abord que le mot frère / sœur n’a pas la même signification dans l’Ancien Testament que pour nous. Il signifie tout aussi bien cousin ou neveu. Disons, descendant du même ancêtre.

Nous avons évidemment commencé par les tout premiers frères de la Bible, Caïn et Abel en Genèse 4, 1-15, et remarqué qu’au-delà du meurtre lui-même, nous trouvions en les deux frères, les fondements de l’agriculture, avec les éleveurs et les céréaliers.
Ce sont aussi l’importance de la jalousie et de l’envie dans les relations, et les questions fondamentales : Dieu choisit, selon quels critères ? et « suis-je le gardien de mon frère » ?
La place du texte, tout au début du livre biblique est là pour nous rappeler que nous en sommes les héritiers et que les questions qu’il pose, sont fondamentales, et nous concernent tous.

Genèse 25, 19-34 : de nouveau, les relations entre les deux frères sont mauvaises, mais le Seigneur dit de quoi elles sont le symbole : deux nations qui se combattront et « le grand servira le petit ». 
Dans ce texte également, l’importance du droit d’aînesse.

Genèse 29, 9-32 : thème que nous retrouvons ici : Jacob aime Rachel, mais c’est Léa que son père met dans son lit, parce que « ce n’est pas la coutume chez nous, de donner la cadette avant l’aînée ». Ce qui semble ne pas avoir d’influence sur les deux jeunes femmes. Elles sont tout simplement soumises. A cela vient s’ajouter le lien entre l’amour et la stérilité.
Le chapitre suivant verra se développer la longue liste des enfants qui naissent des deux sœurs, et la signification des noms qui leur sont attribués à la naissance.

Genèse 33, 1-16 : Jacob a décidé de fuir de chez Laban avec Rachel, Léa et leurs servantes, et de retrouver son frère Esaü. Jacob se prosterne devant son frère, se disant son « serviteur » et ainsi, il renvoie à la prédiction : « le grand servira le petit ». C’est une histoire entre deux frères qui finit bien, car c’est le Seigneur qui la conduit à travers les personnages.

Genèse 37, 1-8 puis 17-33  : ce texte met en scène un personnage, Joseph, le préféré de Jacob -devenu Israël- « car il l’avait eu dans sa vieillesse ». La préférence dont il jouit, suscite la jalousie de ses frères qui décident de s’en débarrasser en le tuant, puis sur l’intervention de l’un d’eux, Ruben, de ne pas toucher à sa vie. Sur celle d’un autre frère, Juda, de le vendre. Ce qui fut fait.
L’histoire de Joseph et de ses frères occupera toute la fin du livre de la Genèse.

Si nous sommes attentifs aux prénoms des enfants des sœurs Rachel et Léa et des servantes, nous constatons qu’il s’agit des 12 tribus d’Israël (cfr. Genèse 30, 1-25). Autrement dit, depuis l’épisode de Caïn et Abel, qui concerne les premiers frères de la création, c’est à travers des frères et sœurs, que se construit ce qui deviendra le peuple de Dieu.