Vous êtes ici : Accueil » Nos Rencontres » Les repas dans la Bible, 15 mars 2021

Les repas dans la Bible, 15 mars 2021


Notre deuxième soirée sur le thème : « les repas dans la Bible » a été organisée sous forme de visio conférence. Après une présentation du thème de la soirée : "Quels aliments allons nous préparer ce soir ? ", nous nous sommes retrouvés en petits groupes pour travailler certains textes proposés dans l’invitation. Les discussions ont été riches et les synthèses sont indiquées ci-après sous forme de notes.

 

Groupe 1 :

Nombres 11, 5 et 6

"le peuple se plaignait amèrement en présence du Seigneur
.....le Seigneur se mit en colère. Le feu de l’Eternel s’alluma... . On appela cet endroit Tabeéra,
...."

Les Israélites réclament de la viande. Ils se souviennent de ce qu’ils mangeaient en Egypte : poissons, concombres, melons, oignons, ail

v.6 "nos gosiers sont desséchés, nos yeux ne voient que la manne
v.7 la manne ressemblait à la graine de coriandre ; elle avait l’apparence du bdellium"(gomme résineuse ,jaunâtre d’un arbre du Proche Orient)
quelques oppositions apparaissent dans le texte entre : Egypte et désert ; esclavage et liberté ; abondance des mets et la manne

Avant leur libération d’Egypte, les Israélites ont mangé l’agneau avec les herbes amères ; ce repas de Pâque annonçait leur traversée au désert entre amertume et dépouillement que les Hébreux ressentaient dans ce passage
Ils montraient leur ingratitude au lieu de remercier le Seigneur pour tous ses bienfaits (Psaumes 103, 2)

1 Samuel 30, 11
Tsiklag, ville détruite et brûlée
David poursuit les Amalécites
v.6 "mais David trouva sa force dans le Seigneur son Dieu"
v 11 un Egyptien est trouvé abandonné par son maître
on lui donne à manger et à boire (il était à jeun depuis 3 jours et 3 nuits) cela nous fait penser à Pâques et à la résurrection ; un gâteau de figues sèches et 2 gâteaux de raisins secs
v.12 l’homme retrouva ses esprits"

la Figue semble un élément de choix qui donne réconfort et vie,
mot à double signification symbolique ; on le retrouve dans certains passages comme par exemple : pour l’Ancien Testament : Jérémie 24,1 ; Osée 9,10 ; pour le Nouveau Testament : Marc 11,13, Matthieu 21 18 ; Luc 6,44

questions posées :
Notre religion est elle desséchée" ou nous nourrit elle ?
Notre religion est elle le vivant reflet de notre foi ?
en ayant un regard sur nous mêmes : sommes nous "un bon arbre" non desséché" ?

Groupe 2

La viande : Qu’est ce que cela apporte à ma foi ?

Genèse 18, 1-10 : Yahvé visite Abraham à Mamré.
Abraham reçoit trois visiteurs (La Trinité ?) et les invite à partager le repas avant leur retour.
Il leur fait préparer du pain, du fromage et un veau gras.
Tout un rituel était bien respecté pour la préparation des repas.
La viande n’était mangée qu’aux grandes occasions, car elle était très chère.
Les animaux étaient très respectés à cette époque. Les grands troupeaux représentaient un signe de richesse et de respect pour le propriétaire.
Abraham était riche et avait le sens de l’accueil et de l’hospitalité. Il provoque la rencontre, c’est une invitation.

1 Rois 5 : Dans le livre des Rois, nous pouvons lire qu’à la cour de Salomon, de nombreux animaux étaient mangés tous les jours. (100 moutons par jour)

Luc 15, 11 -32  : parabole du Fils Prodigue
Le Père qui retrouve son fils qu’il croyait mort, veut fêter la joie de cette retrouvaille. Il fait tuer un veau gras pour le retour de son enfant.

Actes 10, 13-14 : "Et une voix lui dit : lèves toi Pierre offre les en sacrifice et mange.
Pierre dit : certainement pas Seigneur, je n’ai jamais pris d’aliment interdit et impur."

Oui Pierre se conformait par là aux interdits formulés dans Lévitique 11 et Deutéronome 14, 3-21.
Toute cette énumération était peut-être une protection pour leur vie. Voir le livre "la Bible et la santé".

Groupe 3 : 

1 Rois 17, 7-16– La femme de Sarepta
La confiance 
La femme a de quoi cuisiner seulement pour 1 repas (elle et son fils) et pourtant elle ne pose pas la question et va faire cuire la galette pour Elie en premier.
Ensuite elle a tout au fur et à mesure des besoins. Cela ne déborde pas. Juste ce qu’il faut au bon moment.

On ne sait pas comment la jarre d’huile et le sac de farine se remplissent ?
Elie aussi a confiance en Dieu. Il ne pose pas de questions.
Et nous, comment réagissons-nous ?
Quand on est en situation difficile, la providence peut arriver. Il ne s’agit plus d’aliment mais de difficultés dont on ne trouve pas la solution mais pour lesquelles la foi va nous permettre de trouver une issue.
Le pain est la base de notre alimentation.
Le pain est essentiel => Dieu veille à l’essentiel pour nous.
La farine est une nourriture végétale, pas de mise à mort d’animaux. Elle doit être travaillée. …Comme notre foi.

Les discussions avec les uns et les autres (comme ce soir) permettent de nourrir notre foi pour qu’elle devienne nourriture à partager avec les autres.

Jean 2, 1-12– Noces de Cana
Rôle central / pivot / fondamental de la Vierge Marie.
On voit bien les tableaux des peintres classiques.

Le commencement des signes ne se fait pas dans la discrétion : une fête, beaucoup de monde. Fête qui risque d’être gâchée par manque de vin.
C’est le 1er signe de Jésus et celui-ci est poussé par Marie.
6 jarres de 2 à 3 mesures (39 litres) => 500 à 600 litres de vin. Abondance et en plus c’est du bon !
Joseph est absent du récit. Jésus est fils de Dieu. Jésus intervient en tant que fils du Père.
Marie se déplace dans le clan des hommes pour aller prévenir Jésus.
Les seuls qui peuvent témoigner du miracle sont les sans grades (serviteurs).
Les disciples profitent du bon vin, et ils crurent. Ils sont confortés dans le fait d’avoir suivi Jésus quelques temps avant.
La confiance des serviteurs : " Faites tout ce qu’il vous dira ". Cette phrase est issue de l’ancien testament : Joseph devenu riche et qui sauve ses frères.
C’est un impératif indirect qui s’adresse aux serviteurs et non pas un ordre à Jésus.

Voilà une des seules raisons pour lesquelles les catholiques prient la vierge Marie pour qu’elle intercède pour nous comme durant les noces de Cana.
Dans la suite des évangiles, on ne voit plus Marie jusqu’au moment de la croix.

Conclusion :
Et la Cène dans tout ça ?….On y pense tous mais ça sera pour une autre fois…FOI !
Le pain est nécessaire à la Vie (juste ce qu’il faut) et le vin permet le plaisir (surabondance).