Vous êtes ici : Accueil » Nos Rencontres » Les repas dans la Bible, 10 mai 2021

Les repas dans la Bible, 10 mai 2021


Notre troisième soirée sur le thème : « les repas dans la Bible » a été organisée sous forme de visio conférence. Après une présentation du thème de la soirée : "Tout est prêt ", nous nous sommes retrouvés en petits groupes pour travailler certains textes proposés dans l’invitation. Les discussions ont été riches et les synthèses sont indiquées ci-après sous forme de notes.

Groupe 1 :

Esther chapitre 4
- Haman a décidé d’exterminer le peuple juif à Suse ; la reine Esther, juive, est abasourdie et prescrit un jeûne de 3 jours et 3 nuits au peuple juif, pour décider pendant ce temps de ce qu’elle peut faire pour éviter cela. ;
- Dans la Bible un seul jeûne est prescrit : Lévitique 16,29-31 : pour le Yom Kippour, un mois avant la Pâque : c’est l’envoi au désert du bouc émissaire chargé de tous les péchés du peuple, et le bouc va mourir au désert ; ce jeûne a été prescrit « pour toujours », et aujourd’hui les juifs le respectent ;
- Dans le livre de Jonas c’est le roi qui prescrit un jeûne de 40 jours afin d’éviter que Ninive ne soit détruite, ce n’est pas Dieu ;
- le jeûne aujourd’hui est aussi un jeûne détox ; on jeûne avant des examens médicaux et des interventions chirurgicales ;
- certains jeûnent pour apitoyer Dieu .. Dans Esaïe 58 : ce n’est pas un tel jeûne qui plait à Dieu, Dieu ne nous demande pas de jeûner,
- Jésus non plus ne prescrit pas de jeûne, il nous dit de nous parfumer si l’on jeûne,

Actes 13
- les prophètes et les enseignants jeûnent, ils sont réunis pour le culte du Seigneur, pour se mettre à l’écoute ;
- autrefois chez les catholiques il fallait être à jeûn depuis 3 heures si l’on voulait communier ;
- le jeûne est une forme d’ascèse, une pratique proche de l’idolâtrie, non demandée ;
- au contraire : le temps du repas est un temps de partage, partage du pain, partage de la Bible en même temps chez certains ;
- le repas est l’occasion d’être rassemblés, avec Jésus ;
- Jeûner exclut le repas, et le partage aussi

Ces textes sont tous deux des « absences » de repas, des privations de repas ; on peut jeûner, mais cela doit être fait volontairement, si l’on le souhaite, et non par obligation ; pour certaines personnes cela ne représente rien ; lire la Bible est plus important.

Groupe 2 :

Ruth 2, 1-17
- Ruth est la belle-fille de Noémie. Elles sont toutes les deux, veuves, pauvres et sans statut social. Ruth, la Maobite, est étrangère. Dans son pays, elle a épousé Kilyôn, un fils de Noémie. Elle a aidé son mari à s’intégrer au pays de Moab. Elle a la double culture. Par fidélité à son mari, elle a choisi de suivre Noémie pour la protéger.
« Où tu iras, j’irai, où tu demeureras, je demeurerai, ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu »(Ruth 1, 16). C’est une convertie. Elle est désintéressée et fait confiance à la Providence.
Elle a quitté son pays, un peu comme Abraham.
Pour aider Noémie à vivre, Ruth demande la permission de glaner. Elle travaille. Elle est humble.
- Booz, le propriétaire du champ, est un homme juste et bon. C’est un homme de Dieu Il salue ses moissonneurs, « Que Yahvé soit avec vous », puis s’informe sur Ruth. Il l’invite à se placer derrière les moissonneurs, lui permet de boire à la cruche des moissonneurs.
Il interdit à ses serviteurs de la molester et leur demande de laisser tomber des épis pour elle.
La bienveillance de Booz envers Ruth est-elle totalement désintéréssée ? Ruth est une parente par son mari, elle ne le sait pas. A-t-il été séduit par la simplicité, le courage et la beauté de Ruth ?
- Repas : tout est prêt. Booz invite Ruth à partager son repas avec les moissonneurs. Elle se restaure, reprend des forces avant de retourner glaner. Elle a la permission d’emporter les restes.
Le repas a certainement permis des échanges entre Booz, Ruth et les moissonneurs.


Jean 21, 1-14
- Après la mort de Jésus, les apôtres et les disciples sont désemparés mais ils sont ensemble. Ils se promènent au bord du lac de Tibériade. Pierre dit : "Je vais à la pêche", les autres répondent : "Nous aussi, nous allons avec toi ". Ils restent ensemble. Des liens très forts les unissent. Ils ne veulent pas se séparer. Pierre apparaît ici comme le chef. Il dit, les autres le suivent.
- Ils n’ont rien pris. Ils avaient l’esprit ailleurs, ils ne pouvaient pas se concentrer.
Jésus, du rivage, leur dit "Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez". Le filet s’emplit de gros poissons. Jean dit : « C’est le Seigneur ! ». Pierre enfile un vêtement, car il était nu et se jette à la mer. La nudité de Pierre rappelle la nudité d’Adam après le péché. Pierre se sent nu, il a renié le Seigneur .
Ils ont pris 153 (écrit en lettres) gros poissons, 153 = 144 + 9 or 144 = 12 ×12, 12 = 3×4 et 9 = 3×3
3 est le chiffre de Dieu : la Trinité ; 4 est le chiffre de l’homme et de la terre : les 4 éléments.
153 espèces de poissons symbolisent toutes les familles humaines dans la même Eglise. (St Jérôme)
- Jésus, au bord du rivage, a préparé un "barbecue" pour ses amis. Il les invite à manger, à venir se restaurer, à se détendre après l’effort. « Venez déjeuner » … « Il prend le pain et le leur donne ; et
de même le poisson ». On reconnaît la Cène avec du pain, du poisson mais sans vin : la communion.
Jésus a tout préparé, il se fait serviteur. Il est là, bien vivant. Il nous rappelle l’importance de bien nourrir son corps. Il ne néglige pas les tâches matérielles.
Jésus ressuscité n’est pas un pur esprit. Il a un corps mais ce n’est pas par son corps qu’il est reconnu. Les disciples d’Emmaus l’ont reconnu à la fraction du pain.
Jésus ressuscité est encore parmi nous mais nous ne le voyons pas.
Nous avons du mal à le reconnaître.

Pour ces deux repas, tout est prêt. Ruth et les apôtres sont invités. Ils en profitent.
Etre invité, pouvoir se restaurer et échanger les uns avec les autres, est bien agréable
Tout repas n’est pas que nourriture terrestre.

 

Groupe 3 :

Exode 16, 4 - 31
Le peuple est dans le désert et commence à se plaindre du manque d’eau et de nourriture. Le peuple a peur.
Il faut faire CONFIANCE à la PAROLE de DIEU, ne pas faire de provision, ne pas amasser mais il reste difficile de faire confiance sans le « lâcher prise ».
Dieu donne en suffisance selon les besoins de chacun : inutile d’amasser, le surplus pourrit.
Le sixième jour, on fait le double de provision pour se reposer le 7ème jour et le CONSACRER à Dieu (v 23).
Dieu répète ses injonctions jusqu’à s’énerver (v 28) par le manque de CONFIANCE du peuple, Dieu dit : "JUSQUES À QUAND, REFUSEREZ-VOUS DE GARDER MES COMMANDEMENTS ET MES LOIS ? "
Suit une discussion sur la « sobriété heureuse » de Pierre Rabbit, idéal : consommer avec modération, sans amasser, ce qui est à l’encontre de notre société actuelle. La croissance économique est-elle nécessaire ?
Le confinement nous a appris partiellement à nous contenter du quotidien, c’est peut-être ça notre CONVERSION : le Seigneur sait ce dont on a besoin : "Notre Père, … donne-nous notre pain quotidien."
La manne est la figure de la nourriture divine lire Jean 6, 31. Au verset 35, Jésus dit : « C’est moi qui suis le pain de vie. Celui qui vient à moi, n’aura jamais faim..... »

En conclusion : la traversée du désert nous apprend :

 la persévérance dans l’épreuve

 la confiance en Dieu

 à mieux partager les ressources

articles_recents

1 | 2 | 3 | 4 | 5

nouveautés Alliance biblique française 1

-->