Vous êtes ici : Accueil » Nos Rencontres » Démarche pour aborder l’Alliance dans la Bible

Démarche pour aborder l’Alliance dans la Bible


  " L’Alliance dans la Bible"
Tout le monde connaît la célèbre phrase de l’Evangile :
« Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous. » (Luc 22:20)

phrase du Christ prononcée au dernier repas mais il n’est pas sûr que tout le monde connaîsse le sens de ces mots.

C’est normal car connaître le sens de l’Alliance dans la Bible n’est pas simple.

En effet, il y a tellement d’Alliances que cela est difficile à cerner : alliance entre Dieu et une personne ou des personnes, alliance entre nations entre clans et tribus, alliance entre personnes, alliance de mariage, alliance entre un souverain et son peuple.

En plus qu’est-ce qu’une alliance au juste ?

Doit-on la comprendre au sens minimaliste du terme comme un : « accord entre deux personnes. » (p. 25, Nouveau dictionnaire biblique, Editions Emmaüs)
ou de manière plus large comme étant « un accord dans la durée qui définit une relation entre deux parties et qui implique des obligations solennelles de la part d’au moins l’une des deux, envers l’autre, obligation faite sous une promesse et sous la menace d’une malédiction divine et validée par un rite visuel. » (Lane, p.48, Bible through Covenant) ?

Faut-il suivre un plan type d’Alliance

comme celui du théologien américain Scott Hahn qui voit l’Alliance de Dieu avec Adam comme un mariage, avec Noé comme une famille, avec Abraham comme une tribu, avec Moise comme une famille nationale, avec David comme un Royaume national familial et avec le Christ comme une famille universelle ?


Faut-il partir seulement d’une approche linguistique du mot hébreu

qui décrit ce phénomène au risque de passer à côté d’alliances importantes où ce mot n’y apparaît pas, même si l’étude de ce mot peut être nécessaire comme nous allons le voir après cette intervention.

Bref, de nombreuses questions se posent dès qu’on commence à réfléchir à ce thème.

C’est pourquoi, avec le groupe de préparation, nous avons choisi la simplicité,

- la simplicité d’une définition minimaliste de ce terme, une alliance étant : « un accord entre deux parties »
- la simplicité aussi d’une enquête, une enquête menée par les membres du groupe de préparation sur les alliances qu’ils ont décidé d’étudier, enquête continuée avec vous
- la simplicité aussi de la chronologie biblique, des alliances qui reflètent cette chronologie en commençant avec certaines anciennes alliances du Premier Testament pour poursuivre la prochaine fois avec d’autres du temps de l’Exode et enfin pour conclure avec l’Alliance dans le Nouveau Testament à la troisième soirée.

Ainsi, à travers cette manière simple d’approcher ce thème, nous voulons nous faire notre propre idée sur celui-ci, sortir des sentiers battus, découvrir pour nous-mêmes, comme le dit si bien le début d’un livre à ce sujet : « le désir de la part de Dieu d’entrer en relation avec des hommes et des femmes crées à Son image comme on peut le lire dans les livres de l’Exode et de Lévitique : « Je serai votre Dieu et vous serez mon peuple » (Exode 6:6-8, Lévitique 26:12) (d’après « God’s Kingdom through Covenants », Peter J. Gentry et Stephen J. Wellum)

Je laisse la parole à Daniel pour nous faire découvrir le mot hébreu de « beréchyt »

1 Versets surprenants de Genèse 15

La notion d’alliance dans la Bible comporte une idée de bénédiction. En Genèse’15 par exemple on trouve la bénédiction

- d’une descendance (nombreuse comme les étoiles en 15,5) ;
- d’une future possession d’une terre.
Ainsi qu’une idée de "Bénédiction universelle".
On trouve aussi un rite qui symbolise l’Alliance comme dans les versets suivants :
- 15,9-10 : des animaux sont coupés en leur milieu ;
- 15,17-18 : une torche de feu et une fournaise de fumée passent entre les moitiés des animaux, et une alliance est conclue (en hébreu : coupée) par Dieu avec Abram.
Ce rite est un rite profane d’alliance. Peut-être pour avertir du sort qui menacerait l’un des alliés s’il venait à ne pas respecter ses engagements.
- En 15,17-18 la torche de feu et la fournaise de fumée représentent Dieu. On remarque que seul Dieu s’engage, ce qui est conforme au reste de Genèse15, où Dieu annonce un don de descendance et de terre sans aucune condition.

2 Premier mot hébreu de la Bible

Traditionnellement, le 1er mot de la Bible comporte 6 consonnes, se prononce *berèchyt* et se traduit généralement "en un commencement".

Il existe en hébreu :
- le mot prononcé *beryt" s’écrivant avec 4 consonnes et signifiant "alliance" ;
- le mot prononcé *èch* s’écrivant avec 2 consonnes et signifiant feu.

Le premier mot hébreu de la Bible se présente donc pour un lecteur familier de la langue hébreu comme se présenterait un mot français "allifeuance" qui signifierait "en un commencement".
Ainsi le premier mot hébreu de la Bible *berèchyt* suggère l’alliance et le feu.
De cette manière, le premier mot hébreu de la Bible *berèchyt* suggère le début de la réalisation d’une alliance, une alliance de feu qui sera ritualisée à certains moments de l’histoire biblique comme à travers celui de Genèse 15.


Conclusion des conclusions : si les affirmations ci-dessus sont exactes, on est en droit d’admirer la subtilité de l’Auteur, et de s’en réjouir