Vous êtes ici : Accueil » Nos Rencontres » Premières découvertes sur l’Alliance dans la Bible

Premières découvertes sur l’Alliance dans la Bible


Alliance avec Adam

Genèse 1, 20-31 et Genèse 2, 7-9 et 15-24
Pour aborder le sujet nous avons essayé de répondre à 2 questions :
-Alliance avec qui et qui sont les tenants de cette alliance ?
-Quels sont les termes de cette alliance ?

Dieu agit et donne ensuite les conditions de faire alliance avec ce qu’il a créé.
Dans Genèse 1 il crée les animaux puis l’humain (male et femelle) à sa ressemblance.
Dans Genèse 2 il crée l’homme, seul, puis les animaux à partir de la terre et enfin la femme à partir de l’homme mais comme un vis-à-vis de l’homme et qui complète l’homme. Dans ce passage il y a aussi 2 arbres qui ont de l’importance : l’arbre de vie (intérêt limité) et l’arbre de la connaissance du bien et du mal (intérêt majeur).
Cette alliance n’est pas un contrat entre deux parties égales mais plutôt une promesse avec une mise en relation de l’homme avec Dieu, de l’homme avec l’autre.
Nous avons noté une progression entre les deux textes :
Dans Genèse 1, il y a prolifération (reproduisez vous) pour les animaux et l’humain (homme et femme) avec une domination de l’humain sur les animaux, Dieu crée et donne les moyens de vivre ensuite. C’est une lettre de mission, « reproduisez-vous, remplissez la terre et soumettez-la », une forme d’alliance royale.
Dans Genèse 2, Dieu crée l’homme et les animaux à partir de la terre puis Dieu invite l’homme a les nommer, c’est-à-dire avoir pouvoir sur eux, mais aussi créer une mise en responsabilité de l’homme envers les animaux et tous les êtres vivants de la création.
Néanmoins, Dieu installe l’homme dans le jardin d’Eden avec toute liberté sauf une : ne pas toucher aux fruits de l’arbre de la connaissance. C’est une autre forme d’alliance avec mise en responsabilité : tout sauf…….
Pour la Genèse, l’alliance est plus un chemin dans le premier chapitre « Dieu crée, met tout en place et voit que c’est bon » et dans le chapitre 2 cette alliance devient plus fondamentale avec une participation active de l’homme : il reconnait et nomme les animaux et autres êtres qui lui seront soumis. Mais de toute façon cette alliance ne se compose pas de 2 termes équilibrés : c’est un contrat avec obligations.
Cette alliance concrétise une mise en relation de l’homme avec Dieu. C’est l’aboutissement de la Création.
Les deux premiers chapitres de la genèse sont à tenir ensemble et sont lus ensemble, dans les traditions juive et chrétienne, pour comprendre de quelle façon se noue la relation Dieu-humain-création en une première alliance, fondamentale même si elle n’est pas nommément désignée comme telle.

Le groupe a découvert à quel point la notion d’Alliance est présente dans les récits de la Création même si celle-ci n’est pas expressément nommée.

Alliance avec Noé

L’histoire de Noé avec le déluge, l’arche, les animaux puis l’arc en ciel est bien connue. Qu’avons-nous découvert ?

Noé arrive au chapitre 6 de la Genèse, premier livre de la Bible qui a 50 chapitres, donc au début de l’histoire des hommes.

" Noé a trouvé grâce aux yeux de Yahvé " (Genèse 6, 8) Dieu choisit Noé.
Avant la construction de l’arche :
"J’établirai mon alliance avec toi et tu entreras dans l’arche ..."(Genèse 6, 18)
Dieu promet de faire alliance avec Noé puis il commande. Noé, ses fils et leurs femmes obéissent.

Après le déluge, lorsque tous sont sortis de l’arche :
" Noé construit un autel à Yahvé ... offre des holocaustes …" (Genèse 8, 20)
Noé remercie Dieu de les avoir épargnés.
" Dieu bénit Noé et ses fils et il leur dit : Soyez féconds …" (Genèse 9, 1)
C’est la première fois que Dieu s’intéresse aux fils de Noé.
Dieu ordonne d’être féconds et donne les animaux et les plantes (Genèse 9, 2-3)
Restriction :
" Seulement, vous ne mangerez pas la chair avec son âme, c’est-à-dire le sang ". (Genèse 9, 4)
" Mais je demanderai compte du sang de chacun de vous ...". (Genèse 9, 5)
"… Car à l’image de Dieu l’homme a été fait ". (Gn 9, 6)

Des versets 9 à 17, le mot ALLIANCE est utilisé 7 fois
" Voici que j’établis mon alliance avec vous et avec vos descendants après vous, et avec tous les êtres animés qui sont avec vous … " (Genèse 9, 9-10)
C’est une alliance perpétuelle entre Dieu et tous les vivants, donc nous.
Dieu promet : " … il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre" (Genèse 9, 11)

Des versets 12 à 17 Dieu insiste sur le signe de l’arc en ciel 
"Et Dieu dit : " Voici le signe de l’alliance que j’institue entre moi et vous et tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à venir :
je mets mon arc dans la nuée et il deviendra un signe d’alliance entre moi et la terre." (Genèse 9, 12-13)
" Quand l’arc sera dans la nuée, je le verrai et me souviendrai de l’alliance éternelle qu’il y a entre Dieu et tous les êtres vivants, en somme toute chair qui est sur la terre." (Genèse 9, 16)

Remarques  :
- Cette alliance est une sorte de 2ème chance donnée aux êtres vivants, renouvellement de l’alliance d’origine avec Adam.
- Tous les vivants de l’arche étaient réunis par couple afin de préserver la VIE.
- Quand Dieu donne, il met toujours une restriction :
pour Adam et Eve, c’est l’arbre de vie et pour Noé, c’est le sang.
- Cette alliance est pour tous les vivants de toutes les générations, donc pour nous.
- Lorsque nous voyons un arc en ciel, le regardons-nous comme "signe de l’alliance entre Dieu et toute chair qui est sur la terre", donc avec nous ?

Le groupe a compris que cette première Alliance qu’on trouve dans le premier mot de la Bible est conclue à nouveau avec Noé.

Alliance avec Jacob

Genèse 28, 10-22

Mots importants du texte :
« Je serai avec toi »
Le Seigneur a pardonné à Jacob. Jacob est étonné que Dieu se manifeste à lui. Il en a peur, dit que l’endroit est redoutable.
Il se sert de la pierre qui lui a servi d’oreiller pour dresser une stèle.
L’engagement de Dieu est inconditionnel. Jacob, lui, met une condition à sa reconnaissance de Dieu.
Jacob. a l’intention de revenir à la maison de son père espoir d’un retour).
Il part de Beersheba (d’où était parti Abraham) pour arriver à Harran.

Genèse 31, 41-54

Jacob est resté 20 ans chez Laban (il se marie avec ses 2 filles, il acquiert du bétail).
Alliance Laban -Jacob (Dieu est présent dans cette alliance).
« que le seigneur nous surveille quand nous serons hors de vue l’un de l’autre »
Importance de cette alliance, assujettie pour l’instant à aucune loi (ce sont eux qui mettent des interdits ) et au fait de la briser (au prix de sa vie).

Genèse 32

Jacob revient se fixer dans le pays promis à Abraham.
.../…
Texte mystérieux. Des envoyés de Dieu interviennent.
Jacob n’est plus le même homme. Il retourne à une certaine faiblesse, laissant femmes et enfants aller devant lui.
Il devient Israël, celui qui a lutté avec Dieu, qui a vu Dieu.
Jacob vit une nouvelle naissance. « Jacob resta seul, avant cette traversée du gué »

Poursuite de l’alliance entre Dieu et Jacob.
Jacob part mais Dieu le ramène, comme il l’avait promis à Abraham, dans le pays de Canaan. La boucle est bouclée au bout de ces 20 ans.

Dieu est fidèle à l’Alliance, une fois celle-ci scellée, malgré l’infidélité des hommes.

Le groupe a pu se rendre compte à travers l’histoire de Jacob que l’Alliance se conjugue aussi en histoire personnelle.

Alliance avec Moïse

Exode 20 : 1-17.

Pour sceller l’Alliance entre lui-même et l’homme, Dieu impose des obligations bien précises, qui font office de garde-fous ou de balises afin, entre autres, de préserver la vie sociale du peuple Elu. Sous cet angle, le Décalogue peut être lu comme un guide du « bien vivre ensemble ». Souvenons-nous, en effet, qu’à la sortie d’Egypte, il fallait construire et unifier une nouvelle nation (Israël), autour d’un socle de lois, pour éviter le chaos. En matière de vénération de faux dieux, les Hébreux oublient leur promesse lors de l’épisode du veau d’or.
Dans une perspective historique, le Décalogue a inspiré la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

L’ordre de présentation des dix commandements n’est pas dû au hasard. On peut distinguer deux groupes : les commandements qui concernent les relations entre Dieu et les humains. Puis les commandements centrés sur les relations entre les hommes, exprimés de manière plus concise, et comportant davantage de négations. Dans cette deuxième catégorie, le degré d’interdiction ou d’exigence va décroissant.
Le premier commandement est une injonction de monothéisme (par opposition aux rites païens observés avant l’Exode). Et nous nous sommes demandés si Dieu, en posant un certain nombre d’interdits, adoptait cette démarche parce qu’il savait que l’homme est mauvais.
Mais nous avons remarqué que Dieu ne met pas toujours en pratique ses menaces de sanction. Par exemple, il ne punit pas Caïn d’être un meurtrier en le tuant ; il préfère l’amener à prendre conscience de ce qu’il a fait.
Nous nous sommes attardés sur le verset 8 qui exige un jour de repos. Ce verset nous rappelle que nous sommes co-créateurs du monde, à la suite de Dieu, et que l’homme doit pouvoir prendre quelque distance en s’abstrayant du travail hebdomadaire, un jour par semaine.
Dieu demandera à Moïse de graver les dix commandements dans la pierre, afin qu’ils soient transmis de génération en génération. En effet, c’est par les géniteurs que la parole de Dieu est transmise, ce qui explique la position haute du verset 12 : il est encore plus important d’honorer son père et sa mère, que ne pas tuer son prochain.

Nous pouvons souligner la complémentarité des deux extraits qui nous étaient proposés (Genèse 6 et Exode 20). Dans le passage de la Genèse, Dieu agit en pédagogue et explique pourquoi il ne faut pas faire telle ou telle chose. Mais dans le texte de l’Exode, tout se passe comme si Dieu, agacé par le comportement de l’homme, décidait d’imposer des limites très strictes. Un peu comme un père de famille qui deviendrait de plus en plus exigeant face à l’attitude de ses enfants.

A titre peut-être un peu plus anecdotique, au verset 17, sont mentionnés le bœuf et l’âne, deux animaux que nous retrouvons dans la crèche, et qui s’avèrent indispensables pour la vie domestique (nourriture, et animal de trait).

Pour le groupe la notion d’Alliance se concrétisent en règles bien précises : celles des dix commandements