Vous êtes ici : Accueil » Nos Rencontres » L’Alliance dans les Actes des Apôtres et les Epitres

L’Alliance dans les Actes des Apôtres et les Epitres


1) Alliance de partage

« ce groupe a réfléchi autour de l’Alliance en tant que partage, que ce soit le partage de la parole et des biens ou le partage de la Communion. »

Le premier texte proposé à notre réflexion se trouve dans Actes 2, 42-47

A la lecture du texte, tout le groupe a été surpris de la vision « trop angélique » qui est donnée : les personnes sont assidues à l’enseignement, partagent tous leurs biens et reçoivent le Salut. Mais c’est le Seigneur qui apporte ce Salut (verset 47.
C’est un texte charnière pour lequel il aurait été intéressant de rajouter le verset 41.
Nous nous sommes arrêtés sur le verset 42 et avons échangé sur cette notion de « communion fraternelle » : un échange entre frères sur un plan matériel certes, ce terme explicite ce qu’est la communauté d’Eglise : le signe visible du rassemblement des hommes et des femmes par Jésus Christ dans l’amour, et il ne saurait y avoir d’Eglise ou de communauté en Eglise sans véritable vie fraternelle. Le retour au texte grec nous indique qu’il n’est question là que de communion (Koniôna). D’autre part la fraction du pain apparaît juste après dans le verset ainsi que les prières.
Une question concernant l’évangélisation pour nous aujourd’hui avec ce texte, nous a interpellé : dans le texte cela apparaît comme attirant voire contagieux mais ne semble pas d’actualité sauf à faire fuir. Pourtant c’est certainement quelque chose de cet ordre qui existe pour des personnes qui ont commencé ensemble avec un enseignement du texte biblique et qui continuent de se retrouver au cours de leur vie même si celle-ci a pu diverger depuis le départ.
Le début du verset 43 nous surprend :« la crainte s’emparait de chacun ». Il faut se rappeler la crainte des personnages bibliques dans le face à face avec Dieu. Luc ainsi nous indique que Dieu est présent avec les apôtres et d’ailleurs la fin du verset confirme que la parole des apôtres est efficace puisque des prodiges et des signes miraculeux ont lieu : ceux-ci rappellent la Parole de Jésus.

Une alliance des frères en mémoire de la Parole

Le deuxième texte se situe en 1 Corinthiens 11, 17-34

Ce texte est très connu car il rappelle dans sa partie centrale l’instauration de la Cène et fait partie des textes liturgiques.
Au début Paul met le doigt sur les troubles que rencontre la toute nouvelle église de Corinthe. On est juste après la mort de Jésus Christ et les difficultés sont nombreuses. Il faut donc rappeler le texte exact (au centre du passage) et montrer les dérives qui existent.
Le verset 30 semble montrer un Dieu de la punition, mais cela permet à Paul d’insister sur les conséquences de ces comportements non fraternels.
Paul n’est pas fâché avec les habitants de Corinthe car il les appelle toujours « mes frères » et il reste solidaire avec eux.
Cependant Paul exige que chacun fasse le point sur sa relation à Dieu et aux autres. Reconnaître le corps du Christ dans le pain et le vin, ce n’est pas seulement penser à Jésus, mais aussi aux frères et sœurs qui forment le « corps du Christ ». Ce repas n’est pas seulement de rappeler ce que Jésus a fait mais de participer à l’alliance nouvelle accomplie par sa mort et sa résurrection, et ainsi attendre son retour.

Une alliance nouvelle dans le partage du pain et du vin

2) Alliance universelle

« ce groupe a échangé autour de l’universalité de l’Alliance que ce soit à travers la guérison ou le Salut, l’Alliance dans Actes 3 est pour tous les hommes. »

L’infirme de la Belle Porte Actes 3, 1-11

- Nous sommes peu de temps après la Pentecôte, au début des Actes des Apôtres, au 3ème chapitre.
- Pierre et Jean montent au Temple pour prier. Jean n’est pas, comme d’habitude, avec son frère Jacques mais avec Pierre.
- 9ème heure, c’est à dire 3 heures de l’après midi. C’est aussi l’heure de la prière. Ils ne sont pas seuls, il y a du monde.

- Selon nos traductions, un infirme, un boiteux ou un impotent de naissance (il n’a pas de nom) se fait déposer chaque jour, à l’entrée du Temple, devant la "Belle Porte", pour demander l’aumône.
A l’époque, être infirme de naissance est une malédiction, c’est une tare dans la famille. L’infirme est complètement dépendant des autres, il ne peut que mendier.

- Nous avons été frappés par l’Importance du regard. Pierre et Jean fixent sur lui leurs regards. Pierre lui demande de les regarder. il les regarde attentivement. L’infirme existe aux yeux de Pierre et de Jean. Une complicité se crée entre eux, une sorte d’alliance par le regard.
L’infirme s’attend à recevoir quelque chose. Pierre lui dit :
" De l’or ou de l’argent, je n’en ai pas. Tout ce que j’ai, je te le donne. Au nom de Jésus Christ le Nazaréen, lève-toi et marche"
Comme Jésus avec la jeune fille, "Pierre lui prend la main droite et le soulève. Alors ses pieds et ses jambes se raffermissent. D’un bond, il se lève, marche, loue Dieu et entre dans le Temple avec eux".

- Pour cet homme, ce miracle est une véritable résurrection. Il était à terre, dépendant de tous, Maintenant, il peut marcher, gambader à sa guise. Il va pouvoir mener sa vie comme bon lui semble. Il commence par suivre Pierre et Jean. Pour lui, aucun doute, cela ne peut venir que de Dieu. Jésus le Nazaréen est bien Dieu, puisque c’est par son nom qu’il a été guéri. Il loue Dieu, il rend grâce, il remercie Dieu, il témoigne de la grandeur de Dieu.

- C’est aussi l’heure de la prière. Il y a donc du monde au Temple. Le miracle ne reste pas caché, l’ancien infirme est connu des habitués du Temple. Tous accoururent autour de lui, de Pierre et de Jean. Ils sont sous le "Portique de Salomon".
Selon nos traductions, ils étaient, étonnés, surpris, stupéfaits et même remplis d’effroi..

Questions que nous nous sommes posées :
- L’heure a-t-elle une importance ?
C’est aussi l’heure de la mort du Christ. Le miracle a eu lieu au nom de Jésus Christ, le Nazaréen..
- Les porteurs étaient-ils des gens généreux qui voulaient aider l’infirme ? S’étaient-ils entendus avec lui pour partager les dons ?
- Et nous, posons-nous nos regards sur les mendiants qui se tiennent à la porte des églises ou ailleurs ? Comment les regardons-nous ? Que leur donnons-nous ? Rien du tout ? Une petite pièce ? Un peu de reconnaissance ? ....


Discours de Pierre, après la guérison de l’infirme à la "belle porte" Actes 3, 11-26 (traduction NBS)

Devant le peuple "en émoi" (v.11), Pierre précise que ce n’est ni lui, ni Jean qui ont guéri cet homme mais sa foi" au nom de Jésus" (v.16).

Pierre partant "du Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob (v.13) met le peuple devant l’évidence qu’il a renié puis tué le "pionnier de la vie" (v.15)....mais Dieu l’a réveillé d’entre les morts. Pierre, ici, prêche Christ (Jésus) au peuple juif coupable. Mis à mort, le "Prince de la vie" que vous avez fait mourir, Dieu l’a ressuscité des morts.

Pierre fait prendre conscience aux hommes d’Israël que Dieu a accompli ce qu’Il avait annoncé par la bouche de tous les prophètes : c’est la foi en Jésus qui a rendu possible le miracle.

Il leur montre leur erreur, "par ignorance" (v.18) et les incite à "changer de vie(v.19) et à reconnaître que le Christ annoncé dans l’ancienne alliance, c’est Jésus (v.21). Ignorance, au sens de méconnaissance du dessein de Dieu.

C’est donc ici, la nouvelle alliance proposée "au nom de Jésus" annoncée par les prophètes : raffermissement de l’ancienne alliance vers une renaissance : une conversion, une transformation intérieure qui rapproche l’homme de Dieu.

Pierre propose, ainsi, la repentance aux Juifs, par Moïse (v.22), les prophètes et Abraham (v.25) "toutes les familles de la terre seront bénies " (v.26).
Serait-ce ici le début de la naissance de l’Eglise ?


3) la nouvelle Alliance

« ce groupe a vu en quoi l’Alliance en Christ représente une nouveauté d’après l’auteur de cette Epître aux Hébreux. »

1ère observation  : Il semble que cette épître était adressée aux juifs de Rome (à l’époque qualifiés d’Hébreux)
2ème observation : la structure de cette épitre, que vous trouverez sous forme d’image dans le Portfolio permet d’appréhender la situation des 2 chapitres à l’étude.

Hébreux 8  :
Dès le verset 6, il est question de l’alliance dont le Christ est le médiateur : vrai Dieu et vrai homme
Alliance « meilleure », esquisse des réalités divines
Citation in extenso de Jérémie 31, 31-34 :
Où il est question de la nouvelle alliance dont les lois seront gravées « dans leur cœur »
« Et je serai leur Dieu et ils seront mon peuple. »
Le sacrifice sera supérieur aux offrandes et aux règles sur lesquelles étaient fondée la première alliance.
Jésus établit la communion entre la communauté des hommes et Dieu, qui était précédemment assurée par la commensalité.
Le cœur de l’homme est le temple du Saint Esprit, et le sacrifice du Christ (le martyre du Christ) a été voulu par le Père pour que nous comprenions combien Dieu nous aime d’un amour inconditionnel
C’est la « logique du sacrifice » : sacrifice – mort – résurrection
Luther parle de la « révélation de la grâce », la miséricorde de Dieu.

Hébreux 9 :
Ce chapitre compare le fonctionnement de la première alliance et de la nouvelle alliance du Christ dont il est médiateur, et qu’il scelle « avec son propre sang » :
Verset 12 : « une fois pour toutes »
Verset 27 : « une seule fois »,
Toutefois le Christ apparaîtra une seconde fois « pour (nous) donner le salut ».
Il est noté que « sans effusion de sang il n’y a pas de rémission. » (22)
Ceci induit la phrase du Christ lors de la Cène : « Ceci est mon sang versé pour tous. »
C’est à ce prix que « l’héritage éternel est promis » (s’agissant de testament, il est observé qu’en hébreu, alliance et testament sont un seul et même mot…).
Pour ce groupe, la nouvelle alliance est une alliance du cœur (au plus profond de notre cœur).

Conclusion

En fait, il n’y a pas qu’une seule Alliance, car l’Alliance représente un mode vie entre Dieu et les hommes.
Beaucoup de nombreux types d’alliance existent, même si ceux de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance sont très importants.
Ainsi, Dieu propose à chaque homme ce mode de vie, que l’homme est LIBRE de recevoir ou de refuser.
ce mode de vie est fait de lois et de grâces.
C’est une bénédiction, ou une malédiction, en cas de refus.
Dieu dit à Abraham : « Va ! » (Va pour ton bien !) 
C’est toujours pour notre BIEN que Dieu nous propose son Alliance.

Portfolio